Equateur, Cuenca

Equateur, Cuenca

Nous avons finalement quitté le Pérou, et nous voilà en Equateur.

Première étape, Cuenca, avec son centre historique classé patrimoine culturel mondial par l’UNESCO. Mais Cuenca est surtout reconnue pour sa fabrique de Panama (Sombrero de Paja Toquilla).

 

rue cuenca equateur cimeo nature

On peut trouver de nombreux chapeliers à Cuenca, mais certains proposent des chapeaux de meilleure qualité.
La matière première est la palme, qui est récolté près de la côte, et est acheminée à Cuenca, après avoir été bouillie et travaillée. Ici, est elle est tressée pour en faire des chapeaux.
Plus la palme est tressée finement  plus le chapeaux est cher, de 25 dollars à 1500 dollars pour les superfino.

Nous sommes donc aller visiter le musée et la fabrique Homero Ortega qui fabrique parmi les plus beaux Panama qu’on ai vu. J’en ai profiter pour faire reformer celui que j’avais acheté ici, il y a quatre ans.

 

debut tressage panama
Le commencement du tressage des Panamas
panama tressage equateur cimeo nature

Panama en cours de tressage

 

atelier tressage Homero ortega
Une des presses qui va donner au chapeaux la forme voulue

 

pose bandeau panama
La dernière étape, la pose du bandeau

 

panama pour dames

Il est bien sur difficile de ressortir de cette fabrique sans un nouveau chapeau sur la tête…

 

panama fino
Une sélection de panama fino. Adrien, ton chapeau est sur la photo !!

 

 

Feux d’artifices traditionnels à Cusco

Feux d’artifices traditionnels à Cusco

On reviens un peu en arrière pour cette petite vidéo de feux d’artifices traditionnels dans le centre de Cusco.
Les feux d’artifices sont disposés sur des armatures en bambou, composée de roues, et de support en tout genre. La vidéo montre juste la dernière structure qui représente un manège pour enfants.
Bien entendu la sécurité n’est pas au rendez-vous, il n’est pas rare de voire des fusées se décrocher et filer sur la foule !!

Feu d’artifice traditionnels à Cusco from Thomas Péré on Vimeo.

Huaraz et la Cordillère Blanche

Huaraz et la Cordillère Blanche

Nous sommes arrivés il y a moins d’une semaine à Huaraz (3080 m), ville touristique en bordure de la Cordillère Blanche, toujours au Pérou. N’oubliez pas la vidéo à la fin du post !
Ici c’est le regroupement des trekkeurs ! Il y a possibilité de faire des treks de plusieurs jours jusqu’à 2 semaines, parmi des sommet de plus de 6000 m (6768 m pour le Huascaran, plus haut sommet du Pérou).
Nous avons passé les deux premiers jours à regarder un peu ce que l’on pouvait faire ici. Premièrement le marché et son hygiène irréprochable !!
Chloé et son amie la tête de cochon en putréfaction
Des pieds de vaches, morte il y a un certain temps… On trouve aussi des têtes de moutons, en putréfaction également, utilisées pour faire des caldos (bouillons). Depuis ce moment là, plus de caldo pour nous !!

 

Un cuy, cochon d’inde géant, plat traditionnel des andes.

Lagon Churup, 4450 m

 

La montée pour rejoindre le lagon Churup à 4450 m.

 

 

 

 

 

Glacier Pastoruri, 5400 m

Pour le glacier Pastoruri, nous avons pris un tour à la journée qui nous à emmener dans le parc national Huascaran. En traversant le parc, nous pouvons observer les fameuses Puya Raimondi. Ce sont des fleurs qui poussent entre 3200 et 4800 m d’altitude, en Bolivie, au Pérou et au nord du Chili. Pouvant dépasser les 10 mètres, elle peut vivre plus de 60 ans et ne fleuri qu’une seule fois, juste avant de mourir.

 

 

 

Source d’eau naturellement gazeuse (avec un goût très ferrugineux)
Le bus nous pose à 5000 m d’altitude, et il nous reste une petite marche de 40 minutes pour rejoindre le glacier.

 

 

Laguna 69, 4750 m

Le dernier jour à Huaraz sera l’occasion d’aller voir la laguna 69. Pour rejoindre la lagune, il faut marcher trois heures et 700 mètres de dénivelé avant d’arrivé en haut.

 

 

Soaring de bord de mer à Lima

Soaring de bord de mer à Lima

Chloé et moi venons de partir de Lima, Pérou, pour la cordillière blanche plus au Nord. Nous avons passé une semaine à Cusco, où nous avons pu visiter les ruines incas de Pisac et Ollantaytambo.

Nous avons bien sûr visité le Machu Picchu. Une petite vidéo est à suivre si les clips rendent quelque chose (la GoPro est parfaite pour le parapente, mais pour faire un film de vacance c’est pas le top…).
L’été à Lima est de loin la pire saison pour venir voler ici ! Il fait beau et chaud mais on peut attendre une semaine le vent ! La brume de bord de mer empêche souvent la brise de se lever… Et quand elle arrive c’est bien souvent pour une petite demi heure !
Finalement les deux derniers jours, j’ai pu voler dans de bonnes conditions !
À Lima, on vole à Miraflores, quartier résidentiel de bord de mer.
Ici, pas la peine d’essayer de voler sans licence ! Les bi-placeurs sont 22 et tournent une semaine sur deux pour ne pas se marcher sur les pieds. Une semaine de boulot et une semaine de repos. Dans la semaine de repos, à tour de rôle, quelqu’un prends la place du commissaire de vols, et vérifie les licences, conseille les pilotes… Tout une organisation.
L’aterro se fait au déco, le commissaire de vol s’occupera de prévenir les autres que vous arrivez.
Si vous ne pouvez plus remonter et que un aterro en bas se précise, ne partez pas vers la droite la plage est trop étroite, partez le plus à gauche possible, la plage s’ouvre un peu. Attention aux câbles électriques et aux voitures…Voir vidéo !
Le retour en taxi est facile et il vous en coûtera 5-6 soles.
En été quand cela ne vole pas à Lima, il y a possibilité de remplir une voiture et d’aller voler en thermique à Pachacamac à 30 bornes. Il vous en coutera 20 dollars. Se renseigner sur place au près des bi-placeurs.
Bref, moins de blabla et plus de vidéo !